Sortir de l’université, mais pour aller où ?

Vouloir quitter l’université tout en maintenant l’idée de faire de la recherche comme je désirais le faire lors de la fin de mon année de master 1 peut poser problème. Quitter l’université, mais pourquoi, pour aller où, et pour faire quoi ? Dans mon cas, je ne savais pas trop. J’avais des convictions, mais aussi des doutes. Je finissais une recherche ainsi que ma quatrième année d’étude post-baccalauréat, et pour moi, il était temps de sortir de cette institution. A posteriori, je me rends compte que j’avais besoin de me soustraire à ses obligations. J’avais besoin de temps pour avancer sur un chemin où l’université (du moins celle que j’avais connue) ne m’aiderait pas. Transmettre était quelque chose qui m’avait manqué à l’université. Bien sûr, il y avait les Travaux Dirigés et les exposés que nous devions faire, mais ce n’était pas comme cela que je voulais transmettre. Il me semblait important de transmettre à des non-universitaires. Comment ? Par le biais d’un outil qui m’a toujours attiré : la fiction. Bien sûr, je ne voulais pas non plus arrêter mes recherches anthropologiques. Mais j’avais besoin de temps. Je voulais les reprendre plus tard. D’une autre manière. D’une façon plus indépendante, et en même temps plus liée avec d’autres partenaires extra-universitaires. Par quel moyen pouvais-je arriver à cela ? Telle était la question que je me posais à l’époque.

Je me souviens que, petit, je voulais être pompier. Comme beaucoup, ce qui m’attirait, c’était le gros camion rouge, qu’on voyait lors de la vente annuelle de calendriers. Je me rappelle aussi que ce qui définissait pour moi le travail de mon père (qui était comptable), c’était son bureau dans lequel il m’emmenait parfois les samedi matin afin d’utiliser Internet. Le camion de pompier, le bureau du comptable, le fournil du boulanger, l’église du curé, etc. Toutes les professions sont véhiculées par une image. Et bien, souvent, cette image est attachée au lieu dans lequel le professionnel exerce son métier. Le bureau de travail permet ainsi d’être la scène d’exposition par laquelle on peut voir la profession d’autrui. Et même si, la perception que l’on a alors est très limitée, une perception est tout de même possible, et c’est sur elle, sur les idées, sur les préjugés qu’elle va produire, que nous allons pouvoir nous rattacher pour réexpliquer, complexifier ce qu’est notre travail. Or, en quittant l’université, en faisant de la transmission et de la recherche de façon autonome, je prenais le risque de m’isoler. Il me fallait donc, à moi aussi, un bureau, un espace d’exposition où l’on puisse entrevoir mon travail. Et n’ayant pas les moyens de m’offrir un espace concert, je devais trouver une alternative. L’arrivée du numérique en était une. Le bureau virtuel (par l’intermédiaire d’un blog ou d’un site internet) permettait de substituer en partie le bureau de travail (ou tout du moins, son caractère scénique). Faire le choix de créer mon carnet de recherche sur hypothese.org, c’était aussi faire le choix de la « rue » dans laquelle on va « placer son bureau ». Une rue faite d’autres bureaux virtuels de chercheurs. C’était donc aussi faire le choix « d’un public que je voulais capter ». C’était enfin pour moi un moyen de « garder un pied » (très virtuel, mais un pied tout de même) dans ce monde scientifique, dans cette académie que j’avais quittée, dans cette université que j’avais fui. Un moyen de me dire que même si je m’isolais, je n’étais peut-être pas si seul dans le voyage que l’on a décidé d’entreprendre.

Malgré tout, le carnet de recherche d’Hypothèse.org posait quelques problèmes. De mises en forme d’abord (étant plus standardisé que le modèle normal de WordPress). Mais aussi en terme de public. Dans mon cas, je ne voulais pas toucher qu’un public universitaire. Il me fallait donc intégrer mon carnet de recherche dans un dispositif plus large de blogs destiné à un public plus large et de lier tous ces sites au travers d’un site personnel (lien : https://etiennehusson.wordpress.com/) était né.

Publicités

Poster un commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s